Loading...

Le début des vendanges !

Cela fait des jours que l’on se prépare. Des jours que l’on nettoie, que l’on range. Des jours que l’on attend le bon moment. Mais comment décide-t-on que c’est le bon moment ? Il ne faut pas prendre une décision trop hâtive, ni louper le coche, cette décision détermine les vins à venir. Une décision qui dépend de nombreux facteurs.
La maturité des raisins. La maturité est une mesure complexe. On s’accorde à goûter les raisins régulièrement voir les pépins, mesurer le taux de sucre et donc le degré potentiel d’alcool. On contrôle également le taux d’acidité ainsi que les tanins. Autant de données qui sont sujettes aux variabilités météorologiques, au sol, à l’ensoleillement de la parcelle, au cépage... La difficulté réside dans l’équilibre de toutes ces variables. Et l’équilibre dépendra du style de vin que l’on souhaite. 

Attendre que le raisin arrive à la maturité souhaitée peut vouloir dire prendre un risque quant aux conditions climatiques. Nous travaillons au gré de la météo et ne sommes jamais à l’abri d’un gros orage ou de grêle pouvant ravager la récolte juste avant vendanges.

A Rocheville, le 10 octobre, aux aurores, c’est une vingtaine de personne qui ont pris le chemin des vignes. Chez nous, les vendanges sont intégralement manuelles, et nos vendangeurs sont des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes, tous habitant à moins de 10 kms du domaine.

Bien que plus contraignante, la vendange manuelle est très importante pour nous. Vendanger manuellement permet de mieux respecter le cep ainsi que les sols en évitant les tassements dus au passage des machines. Egalement, cela nous permet une étape de tri supplémentaire, faite directement sur la parcelle.

A Rocheville, nous avons 17ha et deux cépages. Nous avons commencé par les Chenins et continuons avec les Cabernet Franc.

Lorsque le Chenin arrive au chai, il passe directement au pressoir et est ensuite mis en cuve. Pour le Cabernet Franc, à l’arrivée, il est égrappé (ou éraflé) puis trié manuellement avant d’être mis en cuve grâce à un procédé gravitationnel.


Jérôme et Philippe, nos vignerons, veillent nuit et jour sur le chai et les cuves qui se remplissent.

Nous vous donnons rendez-vous dans plusieurs mois pour découvrir le résultat !